mercredi 10 septembre 2014

Il est né !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

On ne peut donner ni la date de sa conception ni celle de sa naissance. On ne peut que constater qu'il est présent, qu'il n'est encore qu'un enfant, peut-être même un adolescent tant il a déjà dépassé le stade des balbutiements. Certes il est encore maladroit et il n'est pas toujours possible de mesurer ni les conséquences de ses actes ni si ces conséquences sont de sa volonté. Sa croissance est exponentielle. On ne sait pas encore quelle sera sa taille adulte ni quand il l'atteindra. Mais la certitude est acquise... Big Brother est né.

Au début fut le verbe ; pour Big Brother, le début s'appelle communication, puis transparence, aujourd'hui contrôle de la transparence. Ses armes ? Médias en tous genres. Ses victimes ? Vous, moi, mon voisin, le vôtre. Ses agents ? Vous, moi, mon voisin, le vôtre. Ses géniteurs ? ... Vous, moi, mon voisin, le vôtre.

Dans ce mécanisme infernal, le moindre détail compte : une grimace, un haussement de sourcil, un sourire, une larme. On mettra des caméras dans les studios de radio pour que rien n'échappe à la sagacité des contrôleurs qui sont aussi les juges et les bourreaux. Tout devra désormais y passer. L'analyse du cercle familial, puis celui des proches et des amis. Il ne faudra pas oublier non plus d'inscrire dans l'analyse les cercles des proches et ceux de leurs proches. Attention, les lieux de détente, de vacances, les restaurants favoris,  les menus jusqu'aux contenus des poubelles contribueront à dire qui vous êtes réellement. Ne cherchez pas à corriger le lapsus que vous prononcerez lors d'une fête, d'un discours, d'une interview. Une fois prononcé il est trop tard. Il est de vous, il est à vous et inéluctablement, il sera utilisé contre vous s'il peut justifier ce que l'on veut justifier. Et s'il ne le peut pas il le pourra quand même. On substituera à la raison, qui se porte sur les faits, l'émotion qui se porte sur l'instinct et le ressenti. Vous serez puni non pas selon ce que vous avez dit ou fait mais uniquement selon l'émotion née de ce que vous avez dit ou fait. On préférera toujours le mensonge qui fait vibrer à une vérité sans larme. Y aura-t-il un effondrement d'immeuble que les larmes du copain d'une victime primeront sur toute autre considération. Les hurlements des mères sont également du meilleur effet. C'est au gré de l'émotion que sera écrite, réécrite et mise à jour l'Histoire. Toute célébrité est d'abord un anonyme. Il faut un dossier fourni et donc ne pas négliger les anonymes qui seront peut-être un jour des célébrités. D'ailleurs, à y bien réfléchir, nous sommes tous des héros, nous sommes tous célèbres au regard de notre famille, de nos amis. C'est donc sur ce cercle que Big Brother interviendra en premier. Ne nous inquiétons pas, sa mémoire est éléphantesque et infaillible. Combien même faillirait-elle que la réécriture de l'Histoire pourvoira au comblement des lacunes. C'est d'ailleurs dans l'Histoire qu'il faut aller chercher les ingrédients nécessaires à la santé de Big Brother. Il fut bien quelques régimes pour faire espionner le peuple par le peuple, faire des contrôlés des contrôleurs et réciproquement : Stasi, Securitate, KGB, Judenrat... Pour être efficace, il faut donner envie, donner de bonnes raisons pour que chacun entre dans le système, faire de la victime un volontaire. Donnons un téléphone portable aux enfants. On dira que c'est pour qu'ils ne soient pas ridicules devant les copains ou que c'est pour leur permettre de nous joindre en cas de problème. Mettons en place des contrôles sur les téléphones des enfants. On dira que c'est pour la sécurité des petites filles, il y a tant de gens bizarres dans la rue.
Communiquons, quelle merveille de communiquer, quelle merveille ce lien constant, permanent. On a soudainement, 10, 100, 1000, 10 000 ... "amis". Avec tout ce monde, aucun souci si j'ai besoin de quoi que ce soit : Facebook, Twitter, Google Plus, Tumblr, Pheed, etc.les réseaux sociaux, les nouveaux liens citoyens. On peut parler à qui on veut, quand on veut, sans sortir de chez soi. Et puis, cultivons le pseudonyme, c'est utile, c'est drôle et puis... la dénonciation anonyme a tellement bien marché pendant la guerre et elle continue à rendre tant de service au fisc. Ah ! Comment punir, éliminer ? Personne ne veut plus être bourreau mais tout le monde accepte d'apporter sa contribution si celle-ci ne rend pas complètement responsable. C'est pas qu'on ne veut pas la mort de l'autre... on veut juste ne pas en être responsable. Cherchons dans l'Histoire... ah, tiens, la lapidation ! Appelons-cela le buzz. D'abord l'humiliation publique puis la lapidation. Résultat : handicap social ou suicide ou les deux. Durée du handicap déterminée par le niveau de célébrité de la victime. Suicide : mise à mort de la responsabilité du suicidé. On invoquera une faiblesse psychologique et des soucis personnels qui... ne nous regardent pas. Créons des sites qu'on appellera d'informations. Ouvrons les commentaires à tous, singulièrement aux anonymes euh aux pseudonumes. Ceux-là s'en donneront à cœur joie. S'il n'y a pas d'événements pour faire le buzz, utilisons la boite à buzz avec ses mots clés. Succès garanti : Exemples : "les vacances de Machine qui ont fait polémique" ou "une nouvelle polémique suite à la déclaration de etc.". Dire que ça fait polémique, c'est déjà animer une polémique en soi. Genre, pourquoi tu es énervé ? Je ne suis pas énervé ! Ben si tu es énervé ! Mais non je ne suis pas énervé ! Moi je te trouve énervé mais évidemment tu ne veux pas dire pourquoi ! Ah mais ça suffit, j'en ai marre, tu m'agaces à la fin ! Ah tu vois que tu es énervé ! Il y a aussi le "un proche du président a dit que", "un membre du gouvernement me disait encore" ou "selon un proche du dossier..." Le secret des sources... une arme imparable qui fait dire n'importe quoi à n'importe qui pour justifier un propos ou... lancer une polémique. Toujours prendre les photos en rafales et sélectionner parmi elles celle qui illustrera le mieux le propos. Soyons rassurés, avec les photos prises en rafales on est certain d'en trouver de totalement ridicules qui pourront être très largement utilisées. Faites le test chez vous vous verrez. Enfin, en ciment de l'ensemble, créons des sites d'actualités (genre Yahoo, MSN, etc.) qui publieront une sélection d'articles choisis parmi des sites "d'informations" en donnant l'impression qu'on trouve-là l'essentielle de l'actualité, un bon résumé de ce qui fait la une et donc globalement un reflet assez proches de la réalité du monde et de ce qui est important. Pour ce faire, publions trois quarts d'articles issus de la presse people (Closer, Pur People, Gala, Voici, Public, Pure Trends), le reste se partageant entre le foot (vie sexuelle et débauche des footballeurs), le sport (qui n'est pas du foot) et un ou deux articles de sites d'infos tels Le Monde, Libé ou France TV. Surtout au moins 50 % de sexe ou équivalent avec photos à l'appui.

Allez, en cette rentrée scolaire, ne vous cassez pas la tête pour savoir ce que doivent faire vos enfants comme métier. Il n'y a qu'une voie d'avenir pour eux : la communication. Le seul pouvoir qui n'a aucun contre-pouvoir. Si en plus ils peuvent faire journalistes alors là c'est le top ! Mais attention, si fâchés ils feront un article, un reportage, un livre. En somme la "perruque" du métier.

Lincoln décrivait la démocratie comme le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Nul besoin de complot, le peuple seul, vous, moi, mon voisin, le vôtre, aura créé Big Brother, le fossoyeur de la démocratie, par le culte de l'individualisme et d'une modernité qui ne s'est jamais préoccupé de savoir si elle contribuait au progrès.


1 commentaire:

  1. Mais vous décrivez la logique du film The Truman show ! De l'humanité pleine d'artifices. Fascinant et pathétique à la fois. Le spectacle et l'émotion avant tout (et surtout les dollars et le pouvoir qui vont avec...).
    Notez que si vous couplez la dictature communicationnelle à l'eugénisme des sciences visant à "améliorer" l'homme vous versez plus facilement dans le chef d’œuvre "Bienvenue à Gattaca".
    A noter qu'à chaque fois il y a de l'espoir. On peut toujours résister et dire NON !
    Tant qu'il nous restera une part de libre arbitre nous pourrons espérer un monde meilleur.
    Nous finirons par nous habituer aux flots incessants d'informations et à les filtrer. En apprenant l'art de la slow information comme il existe l'art de la slow food.
    Bon appétit !

    RépondreSupprimer

Plus la beauté prendra de place moins il en restera pour la barbarie

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.