lundi 15 septembre 2014

kachouri ou la honteuse exploitation des drames humains à des fins personnelles

Récemment, Michèle Delaunay a rédigé sur son blog un texte vilipendant ces professionnels de la politique, ceux qui ont choisi non pas de militer mais de faire carrière, ces déconnectés de la vraie vie parfois prisonniers de leurs indemnités qui sont leur seul salaire. A ceux-là, que de la politique politicienne, tout est bon pour arriver à leurs fins, même les plus basses besognes et en cela, abdelhak kachouri ne recule décidément devant rien. C'est qu'il est moderne notre abdelhak, c'est très à la mode aujourd'hui de ne plus accorder la moindre limite à ses comportements.
Cette semaine, une femme a été agressée à Neuilly sur Marne avec une telle violence qu'elle en a perdu la vie. Comme j'ai eu à l'écrire, immédiatement le mignon de Bartolone s'est précipité pour exploiter ce drame à son seul profit multipliant mails, sms et sous-entendus malsains.
Depuis, ce que j'écrivais au conditionnel s'est manifestement confirmé. L'ex-compagnon de la victime a avoué et est écroué et mis en examen pour assassinat. Drame familial, comme il en est trop malheureusement, nous sommes toutefois à mille lieues d'un quelconque problème de sécurité dans la ville comme le laissait entendre le boulet kachouri.

Distillant auprès des habitants  l'inquiétude d'une pseudo insécurité à Neuilly sur Marne et ce par ses seuls commentaires nauséabonds, le poulain du président de l'assemblée nationale, multiplie les exploitations aussi médiocres que mesquines du moindre événement survenu dans la commune.

Exploiter la misère physique, intellectuelle, morale dans le seul but de soigner son avenir professionnel n'est pas seulement écœurant, et singulièrement totalement irrespectueux des familles des victimes, cela invite aussi à se poser deux questions (au moins) :

1 - Notre pays peut-il se permettre aujourd'hui d'être animé par ce genre de politiciens ?
2 - Cette misère intellectuelle et morale dont fait preuve lui-même abdelhak kachouri n'est-elle pas un frein supplémentaire pour le parti socialiste dans la reconquête de ses électeurs ? Si on ajoute les malhonnêtes qui se sont faits remarquer ces derniers temps, ça commence à faire beaucoup si j'en juge à ce que j'entends de plus en plus souvent çà et là.


3 commentaires:

  1. C'est le propre des tunnels. Quand on y est engagé il faut beaucoup d'efforts, de courage et de motivation pour en sortir. Par devant, par derrière ou par les côtés.
    Mais le virus du sentiment de supériorité qui frappe les adeptes de la "caste supérieure" pratiquant en permanence l'entre-soi annihile de manière durable l'intelligence (quand elle existe...) et surtout le désintéressement et le sens du bien général. Il est dès lors plus gratifiant (socialement et financièrement parlant) de rester dans le tunnel de la politique. Quelque soit son âpreté, sa violence et ses jeux de pouvoir destructeurs.
    Nos civilisations modernes ont pu se développer après le Moyen Âge grâce aux progrès de l'hygiène et de la médecine.
    Nous n'en avons plus qu'une conscience diffuse aujourd'hui car nous vivons dans un pays où l'assainissement est très bon: réseaux d'égouts, usines de traitements des déchets, escouades d'éboueurs, recyclage de matières premières, etc...
    Pour une grande partie de l'humanité l'un des enjeux principaux (aussi farfelu et trivial que cela apparaisse de prime abord) est l'accès aux WC. C'est pour nous un geste tellement quotidien et banal que nous n'y prêtons guère attention. Pourtant plus d'un milliard d'être humains font chaque jour où ils peuvent, avec toutes les conséquences sanitaires et écologiques qui en résultent.
    Luter contre une épidémie est un enjeu vital pour une communauté humaine.
    Si Ebola ou le virus de la politique endogame frappe notre pays nous devons réagir pour notre survie à moyen et long terme. Les baffes électorales sont un début de traitement. La réflexion, la participation et l'investissement dans les choses publiques sont les meilleurs vaccins.
    Pour certains il reste toujours un geste que nous connaissons bien: tirer la chasse et rêver à un monde plus sain

    RépondreSupprimer
  2. Monsieur Rouyer,

    Vous semblez vouloir à tout prix, affaiblir par tous les moyens l'image et la personnalité de Kachouri.

    Chaque jour, votre haine, surement un peu votre jalousie viennent polluer la toile avec toujours cette même rengaine : le boulet, la métastase, l'inculte, le mignon etc etc..

    Débattez avec lui plutôt que de lui cracher à la figure ! Doit il rougir d'avoir ces responsabilités ? Doit il s'excuser d'avoir été retenu pour servir la République comme sous préfet ? N'est il pas Vice-président de la première région d'Europe ? Quelle est donc cette haine qui vous ronge tant ? Peut être avez vous du mal avec les gens de couleurs non ? Vous qui émettez des doutes sur sa façon d'acheter sa maison ? Savez vous au moins de quelle manière il sert la république ? Renseignez vous...Savez vous au moins la reconnaissance de la République à son égard ? Etiez vous hier soir à l'assemblée nationale ou de nombreux ministres et hautes autorités sont venus assister à la remise de sa décoration ? Qu'avez vous fait vous ? A part soutenir une équipe usée, qui profite du système ? Monsieur Rouyer, je lis régulièrement vos post sur Médiapart, vous avez à l'évidence, une belle plume, subtile, pertinente et incisive. Ne sombrez pas dans le jeu de Mahéas et ses amais. Vous n'avez ni le niveau, ni le temps. Prenez le temps de discuter avec lui, vous y découvrirez un homme sincère dont l’objectif est de porter une alternative au Maire pas à vous.

    Je partage un point avec vous, et nous partageons 1 point tous les 3 (kachouri, vous et moi) : nous avons bcp d'amis en communs qui vous feront savoir très vite leur désapprobation.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est pas dans mes habitudes de publier des commentaires anonymes (très à la mode de nos jours) mais étant une fidèle lectrice, j'ai choisi de faire une exception. Souvenez-vous toutefois pourquoi je combats cet homme dont je dénie totalement l'engagement politique et la pseudo-sincérité que vous mettez en avant. Puisque fidèle lectrice, vous en connaissez les raisons. Si vous avez oublié, relisez mes premiers écrits et singulièrement ceux de "la gauche antikachouri" tout est factuellement expliqué.
      Il est de bon ton en effet qu'on s'auto-congratule entre professionnels de la politique autour de médailles en chocolat ou de postes en sous-préfecture et à l'inspection générale de l'éducation nationale qu'on s'offre les uns les autres en récompense de servilités malsaines. Sincèrement, je comprends qu'on puisse être ému par tout ce joli monde quand on n'a pas l'habitude mais ce ne sont ni les médailles ni les invités qui m'impressionnent. Fussent-ils ministres. Des ministres j'en ai côtoyé plein et même des bien plus que cela (et oui vous me demandez ce que j'ai fait, mais vous seriez surprise) et ils ne m'ont jamais beaucoup impressionné. De plus, je connais parfaitement leur langue de bois, leurs discours hypocrites et leurs amitiés de 30 ans... On sait comment ça finit. C'est ce qu'il y a dans les cœurs qui m'impressionnent et très franchement, ce qu'il y a dans celui de kachouri n'est pas bien joli. A supposer d'ailleurs qu'il en ait un. Madame, je ne raisonne pas à l'émotion, encore moins à la séduction. Je ne juge que sur des faits et croyez moi, je préfère de très loin le côté où je suis. Il n'est sans doute pas parfait mais il est sincère et dévoué. Ça me suffit. Enfin, vous me parlez d'amis communs que j'aurais avec kachouri, je ne crois sincèrement pas qu'ils soient très nombreux. Qu'ils ne se fatiguent surtout pas à me faire savoir leur désapprobation. Très honnêtement, elle m'est aussi indifférente que de les perdre.
      Ah, une dernière chose, dîtes-lui à l'occasion de soigner ses nerfs. Quand il est en crise on dirait une petite frappe façon "Neuilly ta mère" ; ce qui le rend un peu ridicule et surtout très comique. Ah si, encore une chose, qu'il fasse le ménage de sa place en partant du conseil, les personnels d'entretien ne sont pas ses larbins ; il est le seul à se comporter ainsi. A Saint-Ouen il n'allait pas au conseil, ici, quand il vient c'est en retard (aujourd'hui arrivé 9h20) ou part en avance. Il ne vient même pas aux commissions (et sans prévenir) après avoir pleuré pour en faire partie Il fait tout à moitié. C'est sans doute ce qu'il appelle le respect pour les nocéens. Allez, il y aurait encore beaucoup à dire mais c'est pas tout ça ; moi, contrairement à lui, je gagne ma vie grâce à mon métier et je côtoie la réalité au quotidien. Donc, dodo pour être en forme. Bonjour chez vous et à bientôt de vous relire. Mais je ne vous garantis pas de vous publier à chaque fois.
      Au fait, pour la jalousie je pense que vous avez la réponse quant au racisme dont vous m'affublez, j'ai déjà répondu à Philippe Guglielmi sur ce lieu commun.

      Supprimer

Plus la beauté prendra de place moins il en restera pour la barbarie

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.