vendredi 27 mars 2015

La droite érudite et ses basses besognes !

C'est sans doute parce qu'un mensonge qui rassure est préféré à une vérité qui inquiète que les français se réfugient désormais sous le parapluie crevé des héritiers du maréchal.
C'est sans doute pour la même raison que la droite locale a choisi de tisser le mensonge pour confectionner son dernier tract intitulé "stop à la gauche". 

Avec la plus grande perversité, ce tract fait porter à Neuilly sur Marne les faiblesses (euphémisme !) de Gagny. De ce point de vue, le couplet sur les inondations vaut le détour. Comme quoi, la droite est si peu à l’aise avec ses insuffisances qu'elle en fait porter le chapeau à d'autres. Mais au-delà, raide dans ses bottes, la droite n'hésite pas à inclure des thématiques qui ne relèvent pas de la compétence du département mais qui flattent les angoisses populaires sur la sécurité. Rien de ce qu'elle dénonce à ce sujet n'est de la responsabilité du département. Mensonge encore !

Mais le mensonge ne suffit pas, il faut aller au-delà. Dans ce monde désormais sans limite où on massacre au nom de Dieu ou de ses propres désespoirs, tout devient possible. Iznogoud kachouri avait déjà initié cette façon de procéder en salissant ignominieusement la majorité locale lors des élections municipales. Il a donné le ton. Lorsque l'on n’a rien de fondamental à reprocher, lorsque l'on n'a rien à proposer, lorsqu’il faut détruire une confiance établie avec la population par des années de travail à son service, il ne reste que le dénigrement, le ragot, la salissure, bref,  l'abjection comme outil de campagne.

C’est ainsi qu’accusé d’avoir couvert des escrocs, Stéphane Troussel a déposé plainte.
Faudra-t-il désormais que toutes les campagnes électorales se finissent au prétoire ?

Aussi, lorsque le chef de file en la personne de Nicolas Sarkozy, présente l’ouvrier comme l’extrême opposé de l’érudit, il ne faut pas s’étonner si quelques sbires locaux usent à l’endroit du peuple de procédés si éhontés. Cette pratique est bien la preuve du profond mépris de ces gens pour le peuple en particulier mais aussi pour la politique en général. Je ne globaliserai cependant pas mon propos, parce que si ces gens, y compris Nicolas Sarkozy, ne sont pas de la droite républicaine, il en est d'autres, notamment à Neuilly sur Marne, qui sont des militants ou des sympathisants sincères avec qui il est possible de débattre, de confronter les idées, parfois même avec véhémence mais toujours avec respect. Ces militants-là nous témoignent dans le secret de leur impuissance gênée face à de telles pratiques.

Il est inutile de se perdre en conjectures pour comprendre la désaffection de la population pour les élections ou la poussée du Front national. Contrairement à ce que peuvent penser Nicolas Sarkozy et ses petits porte-flingues, la population n’est pas dupe mais elle est fatiguée. Elle n’est pas saturée de politique, bien  au contraire, elle en demande plus que jamais. Elle est seulement saturée de politique politicienne. Elle  ne dit rien d’autre que «si vous voulez vous battre, battez-vous pour nous !». Et c’est aussi la raison pour laquelle elle s’abandonne à la tromperie  des héritiers du maréchal.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Plus la beauté prendra de place moins il en restera pour la barbarie

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.