lundi 23 mars 2015

Le changement c'est maintenant !

Avec 35,95 % des voix, nos candidats Michèle BAILLY, Aurélien BERTHOU et leurs suppléants Joëlle AMOZIGH et Méziane REZKI ont fait mieux que résister. Ils ont démontré notamment qu'il est possible de faire reconnaître un vrai travail de terrain, une véritable attention pour les habitants, une écoute, une parole autre que ce que nous habituent d'entendre les professionnels de la politique politicienne avec leur langue de bois, leur clientélisme et leur démagogie.

Pour autant, il reste à convaincre une fraction importante des électeurs qui, comme malheureusement souvent lorsque la peur l'emporte sur la raison, se sont réfugiés dans les bras des héritiers de Pétain et de son idéologie réactionnaire ou bien ont tout simplement déserté le chemin des urnes.

Car, quoi que l'on pense de ceux qui se laissent séduire par la nostalgie d'un passé soit-disant meilleur, résumer le vote FN au racisme, comme on peut le lire dans certains communiqués de presse, est faire preuve d'une piètre culture politique et d'une totale méconnaissance des réalités de la société française en particulier et des sociétés dites modernes en général.

Il n'est pas une collectivité, un groupe, une entreprise qui ne se trouve confronté aux problématiques nées des changements. "La conduite du changement", "Préparer et conduire le changement", "Communiquer pour accompagner le changement", etc. sont autant de thèmes de formation animés dans les structures professionnelles confrontées  aux difficultés d'adaptation aux évolutions de leurs environnements économique, financier, technologique, organisationnel, culturel, ... Elles se doivent d'anticiper sur les impacts de leurs mutations et sur les mesures à mettre en place pour éviter les conflits et progresser sans rompre l'harmonie. Or, la première chose que l'on apprend dans ces formations, c'est l'écoute, l'écoute des souffrances, la détection de l'indicible, la compréhension des peurs de l'avenir et des craintes que génèrent la déstabilisation.

Si le 19ème siècle a été celui de la révolution industrielle, le 20ème celui de la mondialisation, le 21ème sera celui d'une révolution culturelle qui bousculera des siècles de certitudes, de tradition, de modes relationnels interpersonnelles dans des sociétés cosmopolites, multiconfessionnelles, multiculturelles où les interdits d'hier deviendront la norme d'aujourd'hui et dans lequel un nouveau dessein pour l'humanité reste encore, sans aucun doute, à inventer. Comment ne pas avoir voulu prendre la mesure de ces changements et du travail à mettre en oeuvre pour rendre les peuples acteurs plutôt que de les tenir à l'écart des débats, des choix au point de ne même pas tenir compte de leurs réponses aux référendums destinés à leur demander leur avis ? Comment avoir pu imaginer que la stérilisation des démocraties passerait inaperçue aux yeux des peuples censés les féconder ? 

Voilà pourquoi il faut distinguer le progrès du modernisme. Voilà pourquoi il ne faut pas prendre les populations et les électeurs pour des idiots. Voilà pourquoi la politique ne doit plus, ne devra plus être pratiquée comme elle l'était jusqu'à présent sur des modes claniques aux fonctionnements quasi-mafieux dans le sens parrains, dauphins, familles et "porte-flingues" parachutés pour des raisons de calculs indépendants de l'intérêt des populations, juste destinés à se partager un business en essayant d'avoir la plus grosse part du gâteau. Finalement, lors des municipales, après avoir sali les militants et les élus nocéens, kachouri aurait pu dire : "ce n'est pas personnel, c'est le business rien que le business". 

Qui entend le cri étouffé de ceux qui ne veulent plus de ça ? Ceux-là ne votent pas FN, ceux-là ne votent plus. Et c'est parce qu'ils ne votent plus que le FN et son cortège de "deschiens bottés" devient possible et peut-être même... probable...

Dimanche, il ne faudra pas seulement voter, il faudra faire voter !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Plus la beauté prendra de place moins il en restera pour la barbarie

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.