jeudi 7 mai 2015

kachouri, Bartolone ou Brutus, l'élu porte-flingue !

Ce qui est merveilleux avec kachouri c'est qu'il est une vitrine à lui seul. Certains dépensent des fortunes en enquêtes de toutes sortes pour évaluer notre "évolution" sociologique ou politique, l'état de notre enseignement ou le niveau culturel moyen de la population, ... Eh bien, si vous souhaitez faire une étude sur l'évolution du niveau des élus et des "responsables" politiques (ou qui se prétendent l'être), gardez votre argent. Lisez le blog de kachouri, écoutez ses discours improvisés et vous aurez un indicateur fiable de "l'évolution" des élus du peuple et des partis qui les portent. 

Certes, abdelhak kachouri n'est pas ministre. Certes, il n'est pas, et n'a jamais été, un élu choisi par le peuple mais imposé grâce à des modalités d'élections favorables. C'est la perversité du scrutin par liste qui permet, d'un côté une large représentation des idées lors de proportionnelles mais qui, de l'autre, impose des individus sélectionnés par des calculs très éloignés de la défense de l'intérêt général. En tout état de cause, qu'un abdelhak kachouri se retrouve propulsé à une vice-présidence de la première région d'Europe, de surcroit, en charge de la sécurité et de la politique de la ville, démontre bien à quel point, aujourd'hui, la compétence, la vision, la hauteur d'appréciation, etc. ne sont pas des critères de nomination. On le sait, ce sont les magouilles, les calculs politiciens, le besoin de placer tel ou tel porte-flingue à tel ou tel endroit pour neutraliser la fonction et préparer l'arrivée de tel ou tel autre qui conduisent de médiocres politiques mais de talentueux serviteurs comme kachouri à se trouver à des postes clefs. Faute de talent c'est la servilité qui compense.

Souvenez-vous, il y a un peu plus d'un an, je présentais kachouri comme le porte-flingue d'un Bartolone ambitieux au regard du futur Grand Paris. Malheureusement, son avenir s'est quelque peu assombri avec les résultats des deux dernières élections. Donc, voilà-t'y pas que nous assistons à une volte-face singulière dudit Bartolone qui, il y a quinze jours encore, niait se présenter aux régionales et qui, aujourd'hui, annonce sa candidature à la primaire socialiste du 28 mai. "Protégez-moi de mes amis ; mes ennemis je m'en charge" : Ma pensée va vers Jean-Paul Huchon qui avait tant d'amis il y a encore peu de temps et qui découvre, avec le printemps et face à lui, la floraison et la recomposition des concurrents à la présidence de la région. Juste derrière lui, prêt à bondir, quelque kachouri, serviteur zélé d'un Bartolone généreux en postes et en médailles, le remerciera sans doute, à la façon de Brutus, des soutiens qu'il lui a apporté notamment dans quelques conflits avec notre municipalité. Décidément, le pauvre Jean-Paul n'a guère de reconnaissance de la part de ses vice-présidents. Chacun appréciera les comportements à leur juste valeur. Personne évidemment n'évoquera de trahison. Bartolone se présentera en tant que grand rassembleur dans un projet à la nouveauté aussi déconcertante que ce que nous proposent les motions du prochain congrès du parti socialiste dont la position des virgules est probablement l'événement le plus révolutionnaire. Je ris déjà à imaginer les tractations de couloirs et surtout d'avoir eu raison si tôt. Car tout cela est la suite d'un long processus engagé alors que notre Jean-Paul Huchon se croyait à l'abri des manipulations susceptibles de l'écarter.

Alors quoi ? L'accusation d'un kachouri qui ne serait pas à la hauteur d'une fonction soit-disant usurpée dans des buts de servir des intérêts particuliers serait exagérée ? Jugez vous-même. Sur son blog, ak47 s'indigne qu'il est reproché à la gauche de ne rien faire pour la sécurité des habitants. "Trop c'est trop" s'insurge-t-il ! Et pour justifier l'engagement de la gauche et singulièrement du conseil régional sur ce sujet sensible, le voilà qui énumère, et se limite à cela, les engagements financiers dans la construction ou la rénovation de commissariats... le tout s'achève par une vidéo où entre pannes de micros et clapements éparses des quelque 15 personnes présentes, nous voyons notre bartolonette faire un discours graisseux de pommade à l'occasion de la pose d'une première pierre d'un nouveau mais encore hypothétique commissariat. Parce que petit problème quand même.. ce discours date du 1er juin 2013 et le 21 novembre 2014, le site "Aulnay libre !" fait état des inquiétudes du nouveau maire, Bruno Beschizza, de ne pas voir, dans la loi de finances 2015, la moindre ligne faisant état de la reconstruction du commissariat... la première pierre, parait-il, commence à trouver le temps long et à se sentir bien seule.

Mais tout ceci resterait anecdotique si la vision d'abdelhak kachouri sur la sécurité n'était pas aussi pitoyable et aussi basique. Résumer la politique sur la sécurité à des engagements financiers dans la construction ou la rénovation de commissariats, combien même en y apportant des conditions d'accueil des femmes victimes de violence, est d'une telle absence de réflexion, d'un tel ras des pâquerettes qu'il ne reste qu'à tirer la chasse de cette fosse qui me laissera toujours aussi sceptique quant à la valeur de celui qui la remplit. Combien de fois faudra-t-il rappeler que la mission de la police est d'arrêter les délinquants et de les déférer à la justice. En conséquence de quoi, la récidive potentielle tient à un faisceau de mesures qui relèvent de la prévention, de la condamnation, des conditions d'exécution de ladite condamnation dont la prison, quelles qu'en soient les modalités, ne peut être la seule réponse. Christiane Taubira, à ce titre, est la première à porter ce débat sur la place publique. Fort malheureusement, les procès d'intention dont elle est victime, le racisme et la misogynie qui rampent dans tous les couloirs politiques et médiatiques de notre république et les calculs politiciens ne permettent pas de réfléchir collectivement avec suffisamment de hauteur pour proposer des solutions en adéquation avec la prétention que nous avons d'une civilisation avancée.

Pour conclure, il est de plus en plus inquiétant que la représentation du peuple ne se limite désormais qu'à des calculs d'intérêts particuliers nous infligeant des kachouri (il n'est malheureusement pas le seul) recrutés chez ceux qui ne trouvent dans la politique qu'un moyen de subsistance et d'existence que leurs échecs professionnels leur interdisent par ailleurs. C'est un jeu dangereux. Le Front national a poussé sur ce terreau-là. Que personne ne se réjouisse toutefois de ce qui se passe dans ce parti. Sa chute ou celle de ses dirigeants (qui reste encore à prouver) n'entraînera(it) pas la chute de leurs idées. Celles-ci ont déjà largement convaincu une grande partie de la population et il faut être bien naïf pour penser que rares sont ceux qui soutiennent les comportements d'un Robert Ménard. Les démocraties comme les hommes sont toujours imparfaites ; c'est l'absence d'éthique qui est intolérable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Plus la beauté prendra de place moins il en restera pour la barbarie

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.