samedi 8 août 2015

MH370 - Episode 2 : La découverte *

Résumé de l'épisode précédent : En quête d'un os à ronger pour remplir ses tiroirs caisses durant la période de vaches maigres conséquence probable de l'abolition des quotas laitiers, la presse est en alerte de l'événement qui pourrait lui faire tenir le public en haleine jusqu'à la rentrée. Soudainement, voilà qu'un quidam répondant au doux nom de Johnny Bègue, découvre sur une plage réunionnaise un morceau d'aile d'avion qu'il suppose appartenir au Boeing 777 de la Malaysia Airlines, disparu le 8 mars 2014 sans laisser de trace avec quelque 239 personnes à bord. Ce fut sans nul doute le plus grand mystère de l'aéronautique de tous les temps et la presse détient sans doute là son  os à ronger. Peut-être va-t-on enfin découvrir la vérité... Mais entre la découverte et le résultat des analyses permettant d'attribuer l'origine de l'objet, une bonne semaine serait nécessaire durant laquelle nos héros médiatiques allaient devoir occuper le terrain et maintenir la curiosité des auditeurs et lecteurs en éveil... Ainsi donc, faute d'information, il faudra entretenir le suspense avec des suppositions et sans doute quelques... répétitions. 

Mercredi 29  juillet, Julian Buté, présentateur du 20 heures en remplacement de David Vieindladass parti en vacances à l'ile Maurice (pas de chance), annonce la nouvelle : "Sur une plage de l'île de la Réunion, des promeneurs ont trouvé un objet qui pourrait bien s'avérer être un morceau d'aile d'avion. Évidemment, on pense tout de suite au Boeing 777 de la Malaysia Airlines qui, souvenez-vous, avait disparu sans laisser la moindre trace, le 8 mars 2014 avec 239 personnes à son bord. C'est à ce jour le plus grand mystère de l'aéronautique de toute son histoire. Tout de suite, Raymond Loiseau, notre envoyé spécial, en direct depuis la plage où a été retrouvé le morceau d'aile qui pourrait appartenir au Boeing 777 de la Malaysia Airlines disparu le 8 mars 2014 après avoir décollé de Kuaka Lumpur sans jamais atteindre Pékin, sa destination "
Là, image sur Raymond Loiseau, au plus près de l'information c'est-à-dire... sur la plage : "Eh bien oui Julian, tout à fait, c'est vers 9h ce matin que Johnny Bègue, cherchant une pierre sur la plage, a eu son attention attirée par une masse blanche assez imposante par sa taille reposant sur le sable et même, quelque peu envahie par le sable de cette belle plage réunionnaise. Très vite, il compris que ce n'était pas un galet et appela immédiatement les gendarmes pour qu'ils viennent constater sa découverte"
Raymond se tourne alors vers le découvreur "Monsieur Bègue, c'est vous qui avez découvert le morceau d'aile, racontez-nous un peu" Monsieur Bègue "Eh bien, j'étais avec des amis à arpenter la plage pour la nettoyer et, alors que je cherchais un galet pour m'en faire un pilon, mon attention a été attirée par une masse blanche assez imposante par sa taille reposant sur le sable et même, je dois le dire, quelque peu envahie par le sable. J'ai immédiatement alerté les gendarmes pensant que cela pouvait être un morceau d'aile d'avion et peut-être même celui de la Malaysia qui a disparu l'année dernière." Raymond : "Merci Monsieur Bègue. Comme vous le voyez Julian, ce morceau d'aile d'avion pourrait bien être effectivement un morceau du Boeing triple 7 de la Malaysia Airlines qui a disparu des écrans radar le 8 mars 2014 avec, je vous le rappelle, 239 personnes à bord. Nous allons peut-être enfin avoir la réponse, la solution de ce qui reste probablement le plus grand mystère de l'histoire de l'aéronautique de tous les temps"
Retour aux studios, Julian Buté : "Merci Raymond pour toutes ces précisions. Alors, ce morceau d'aile est-il bien celui du MH370 ? Comment est-il parvenu jusque sur le littoral de l'île de la Réunion ? Est-ce possible ? Est-ce probable ? Isabelle de la Voirie a rencontré pour nous Jean-François Philibar, expert en courants marins ?"
Pour maintenir le suspense et crédibiliser l'information il faut deux conditions. 1, être au plus près de l'information (Raymond est sur la plage), 2, s'entourer d'experts dont évidemment la parole ne peut pas être mise en doute puisqu'ils sont experts. En général, ils sont directeurs d'une organisation au nom très pompeux dont on se demande toujours à quoi elle sert et d'où vient le pognon qui la fait fonctionner. Benjamin Dupont, directeur du CESAR, centre d'études stratégiques des affaires risquées, François Bidule économiste, directeur du CEFIDER, centre d'études financières internationales pour le développement d'une économie régionale, etc. etc. Cette fois c'est Jean-François Philibar, directeur de CECoMaA, centre d'études des courants marins alternatifs. L'homme est assis légèrement sur le côté laissant apparaître derrière lui un écran d'ordinateur sur lequel on aperçoit une carte marine avec des traits noirs et des zones rouges, orange et bleues.
Isabelle de la Voirie : "Jean-François Philibar, vous êtes directeur du CECoMaA, expliquez-nous comment il peut être possible que ce morceau d'aile d'avion soit celui du MH370" Jean-François Philibar :"Écoutez, on ne sait pas où est tombé l'avion. Ce que l'on sait c'est qu'il a été détourné de sa trajectoire et qu'il a pu disparaître dans une zone où on le cherche tout en sachant qu'il est possible qu'il soit ailleurs de là où on croit qu'il est. Ce sont les mystères des courants marins. S'il est tombé dans l'océan, alors des morceaux ont pu dériver durant des mois et d'autres pas. Vous savez, la planète est recouverte à 70 % par les océans. Il y a de très nombreux courants et il n'est pas impossible du tout que ce morceau d'aile d'avion ait atteint les côtes réunionnaises et donc qu'il provienne du MH370". Isabelle de la Voirie "Merci Jean-François Philibar. Je le rappelle vous êtes directeur du CECoMaA et  vous venez de sortir un livre aux éditions Zinc, tout à fait passionnant, intitulé, "la mer dans tous ses états ou comment vous laisser porter par les vagues. (Ah oui, j'ai oublié de dire que citer les livres de l'expert est évidemment un plus. L'idéal étant qu'il en ait sorti un il y a peu. Ça contribue à crédibiliser l'information... et l'expert). Voilà Julian, comme vous le voyez, il n'est pas impossible que ce morceau d'aile provienne du Boeing 778-1 MH370 qui a disparu sans laisser de trace le 8 mars 2014.".
Retour aux studios. Julian Buté : "Merci Isabelle (oui, on se remercie beaucoup) pour toutes ces précisions (oui, ça fait un quart d'heure que ça dure, on n'en sait pas plus, mais on remercie aussi pour les précisions). Voilà ce que l'on peut dire pour le moment sur la découverte de ce morceau d'aile qui, comme nous l'a confirmé Isabelle à l'instant, pourrait bien être le début d'une réponse de ce qui reste encore la plus grande énigme de l'histoire de l'aéronautique. Je vous le rappelle, le Boeing 776+1 MH370 de la Malaysia Airlines avait quitté Kuala Lumpur le 8 mars 2014 et a disparu des écrans radar sans laisser aucune trace peu de temps après son envol. Depuis, nous sommes sans nouvelles des quelque 239 personnes qui étaient à bord."
Maurice Brugnon regarde le journal de 20 heures à la télé. Maurice Brugnon est au chômage depuis qu'il a été licencié parce qu'on considérait dans son entreprise qu'une seule personne suffisait largement pour faire son travail et que l'heure était à l'optimisation des coûts et des moyens. Maurice Brugnon se dit qu'un jour, peut-être, à la télé, on tiendra le même raisonnement. Mais Maurice Brugnon en doute.

Pendant ce temps là, abdelhak kachouri, vice-président du conseil régional de l'Ile de France, écrit sur son blog "Je me félicite du morceau d'aile d'avion qui a été trouvé par mon ami Johnny Bègue sur une plage de l'île de la Réunion. Je souhaite que tous les autres morceaux soient rapidement découverts pour que le plus grand mystère de l'aéronautique depuis Vercingétorix soit enfin élucidé. C'est tout le sens de la conversation téléphonique que j'ai eue avec mon ami le préfet de la Réunion".
Tandis qu'à Neuilly sur Marne,  Zartoshte Bakhtiari a publié un courrier adressé au maire lui demandant quelles mesures il comptait prendre, notamment dans le quartier des Fauvettes, pour qu'un drame comme le MH370 ne puisse plus se renouveler. 

A suivre.

Prochain épisode : Le flaperon


(*) ceci est une parodie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Plus la beauté prendra de place moins il en restera pour la barbarie

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.