lundi 26 octobre 2015

Puisseguin ou pathos quand tu nous tiens !

Ce week-end s'annonçait médiatiquement morose. Un de ces week-end sinistres comme la Toussaint sait nous en concocter. Avez-vous remarqué comme le silence change de couleur à l'approche de novembre ? Même les oiseaux se taisent. Seul, le bruissement des semelles écrasant les graviers ou brisant quelques brindilles desséchées arrivent à en déchirer la chape. On pourrait presque entendre le pas des derniers insectes s'affairant avant l'hiver. A l'automne, le jour emprunte son silence à la nuit.

Oh, il y a bien eu cette semaine cette catastrophe qui aura ému jusqu'aux larmes les âmes les plus insensibles. Cette tragique disparition à laquelle nul ne s'attendait... le retrait d'Abdelhak Kachouri de la liste du parti socialiste de Seine-Saint-Denis pour les régionales. Dès lundi, sur son blog et dans la presse, il a expliqué combien il n'acceptait pas d'être sur la même liste qu'un défenseur de la libéralisation du cannabis, C'est en toute responsabilité et parce qu'il ne déroge pas aux principes forts qu'il s'est forgés depuis son engagement pour le bien-être collectif qu'il a décidé de se retirer. Parce qu'il est comme ça Abdelhak, il ne connaît pas l'opportunisme, il est un homme engagé aux valeurs fortes. Certes, l'arrivée de l'écolo doublée de l'incontournable parité l'a fait dégringoler à une place qui lui laissait à peu près autant de chance de le voir élu que nous n'en avons de le voir assister au conseil municipal ou aux commissions dont il est membre à Neuilly sur Marne. Faut dire qu'Abdelhak a le courage des temps modernes : la ceinture, les bretelles et les deux mains sur le pantalon. Le problème, c'est qu'il a le neurone alimenté au diesel. Faut que ça chauffe avant de trouver un rythme de croisière sans particule. Tellement énervé d'apprendre sur Twitter que son parrain lui avait préféré un porte-valise bio, il s'est lâché jusqu'au moment où la fédé est venue lui tirer l'oreille en lui disant "Hey Rantanplan, où tu vas là ? Tu vois pas qu'tu tires sur don Bartolone ? Attends, on va te faire une proposition que tu pourras pas refuser... chcouvehuciechecujhbe "Lui dirent-ils à l'oreille... Aussitôt, étant rassuré sur son avenir, Abdelhak a retiré son article sur son blog pour le remplacer par des gentilles choses : que c'est qu'il est socialiste et même plus que jamais et que tous ceux qui sont sur la liste sont finalement des gentils très compétents, même le maire de Sevran, ...qu'il faut faire leur campagne et qu'il faut voter pour eux etc. etc.

Bref, donc, médiatiquement parlant, pas grand chose à mettre sous la dent creuse d'un journaliste. "Quand je pense, dit l'un d'eux, que les stagiaires de cet été on eu  droit au MH370... nous, que dalle ! Pas la queue d'une catastrophe... bon y a bien eu les inondations mais ça y est tout est sec et on a retrouvé tous les corps. Même les deux fridolins ont été retrouvés...vivants et en bonne santé. Pfff ! C'est-y pas malheureux ! En plus la France c'est ni le Bangladesh ni le Guatemala. Y sont tous assurés ces cons. Ça pleure devant la caméra mais un an après tu vois plus rien, y sont tous remboursés" Touché par tant de désespoir, Saint François de Sales, patron des journalistes, prit ses ouailles en pitié et leur offrit de quoi tremper tout un week-end leur sucre dans le sang carbonisé d'un club de retraités de la Gironde. Edition spéciale, 24 heures non-stop, les "au plus près de l'actu" sont de retour. Le grand concours du sordide est reparti de plus belle. Conférences de rédaction, extraits :

"Un drame les gars, pas de possibilité de prendre des images des corps carbonisés dans l'autocar... on a bien essayé avec des drones mais on voit pas bien. Qu'importe, vite... les familles, pleurez bien dans le micro, vous connaissez la chanson. 

Retrouvez les archives de Beaune, 53 morts dont 44 enfants, ça fera le remplissage dans les moments creux. Retrouvez le dentiste qui s'est occupé de l'identité des victimes. Faites-lui raconter bien dans le détail pour qu'on puisse imaginer comment ça se passe aujourd'hui. Utilisez du vocabulaire très technique, des trucs qui impressionnent : "post-mortem, ante-mortem, identification criminelle, police scientifique", c'est bien ça, ça f'ra vendre les conneries qu'on  passe à la télé sur les experts criminels ! Décrivez comment les personnes sont mortes, ont-elles souffert ? Se sont-elles vu mourir ? Des cris, quelqu'un a-t-il entendu des cris ??? On dit qu'un automobiliste suivait, il était seul ??? Accompagné de son fils ?? Très bien. Vite retrouvez-le, faites-le parler, qu'il décrive bien dans le détail ce qu'il a vu. Recommencez la prise si nécessaire. Si, si, quand il s'agit de passer à la télé, à la radio ou dans les journaux les gens sont prêts à dire n'importe quoi et à recommencer pour mieux passer dans le 20 heures. Ne retenez que les images où les gens pleurent. A la radio c'est l'inverse, quand ils pleurent on comprend rien. Essayez aussi de choper le conducteur du car, il parait qu'il est vivant. Faut un héros, dans toutes les catastrophes il faut un héros qu'a sauvé un vieux, un gosse, un chat, n'importe quoi mais faut un héros. Y avait pas un immigré dans l'coin ? Un sans-papier qu'aurait tenté de sauver des gens... Merde, en janvier, ça nous a fait durer au moins un mois avec le héros sans-papier. Ces cons ! En province, y votent Front nat mais y zont pas un immigré à nous mettre sous la main quand on en a besoin... François, dimanche, y aura une marche blanche... Y s'ront tous là, tache de nous en coincer deux ou trois qui pleurent pour le 20 heures. Des vieux copains d'enfance c'est toujours émouvant. Essayez de trouver des gosses qu'ont perdu leurs grands parents. Prenez leurs adresses, on f'ra un truc à Noël... Faut des gosses si on veut qu'ça pleure.  Y a bien celui du camionneur mais on n'a pas d'image. On va pas avoir un éjecté sur une plage à chaque fois. Trop d'vieux là, les gens vont vite s'en foutre."

Bon allez, j'arrête-là, après tout, ils n'ont pas besoin de moi pour démontrer que la dignité est décidément peu compatible avec les médias. Juste une toute petite remarque quand même concernant la soi-disant "marche blanche" organisée à "Petit-Palais" dimanche après-midi et qui montre bien que le pathos dans lequel on est tombé finit par faire faire et faire dire n'importe quoi. Aujourd'hui, on vous met la marche blanche à toutes les sauces. Juste pour mémoire, la "marche blanche" est née en 1996, en Belgique, en hommage aux enfants victimes de Dutroux. Rien à voir...

Mais puisqu'on a perdu la sensibilité au profit de la sensiblerie, toutes les dérives sont bonnes. Une info en chasse une autre, une émotion en pleure une autre devant la télé, avant de reprendre le volant pour redevenir le Jack Dawson de la nationale, "le maître du monde" et finalement le "Titanic" du bitume. Tous les ans, ce sont près de 3 000 familles qui pleurent la mort stupide sur la route d'un ou de plusieurs des leurs. Sans cellule psychologique, sans caméra, sans micro... parfois juste avec le bruissement des semelles écrasant les graviers ou brisant quelques brindilles desséchées...

...et le jour qui emprunte son silence à la nuit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Plus la beauté prendra de place moins il en restera pour la barbarie

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.