samedi 21 mai 2016

La justice des salaires... une impression variable

Parmi les importants débats qui secouent notre bien aimée démocratie en ce moment, il en est un de taille qui va jusqu'à conduire notre Premier ministre et le ministre de l'Economie et des Finances à exposer leur divergence sur la place publique : faut-il légiférer pour interdire les indécentes rémunérations dont quelques grands patrons des fleurons de l'économie française sont les bénéficiaires ?

Même si la moitié de la population doute sincèrement que les indicateurs de santé de notre pays retrouvent la couleur des champs sous le soleil printanier, et l'autre moitié s'évertue à le nier tant elle serait contrariée que les choses s'améliorent avant la fin de l'actuelle législature (ce qui témoigne au passage de  la sincérité politique et de l'intérêt que ces gens ont pour les millions de citoyennes et de citoyens qui souffrent cruellement d'une crise qui sévit depuis plus de 40 ans), on peut se réjouir de l'amélioration du quantitatif objectivement constatée ; le qualitatif, quant à lui, avec la perpétuation des inégalités, mérite un poil qu'on s'interroge. 

Qu'est-ce qu'une inégalité ? A priori, du point de vue salarial, on pourrait imaginer qu'il s'agit d'un manquement à la sainte règle : à travail égal, salaire égal. A laquelle sans doute, il faudrait ajouter : à responsabilité égale, salaire égal. Ajoutons à cela tout un tas d'autres facteurs, qui ne sauraient toutefois être "besancenotiens", qui affineraient la notion d'égalité, certes en la complexifiant, ce qui n'est pas trop dans l'air de notre temps simplificateur à excès, mais qui permettraient de se rapprocher de l'asymptote de justice (clin d’œil à mon matheux de frère émigré breton mâtiné vendéen).

Bref, je discutais de tout cela avec un ami qui, entre deux nuits debout devant sa télé, ne cessait d'éructer contre les 3, 4 millions d'euros empochés par Bernard Arnault au titre de LVMH en 2014 et les 15 millions d'euros du PDG du groupe Nissan Renault en 2015. Il joignait ainsi sa voix aux millions de Français scandalisés à juste titre et aux médias qui se sont largement fait l'écho de cette abominable aberration alors qu'on demande à tant de gens de se serrer la ceinture.

Le silence revint dans la pièce, la mi-temps était terminée, le match repris sous les bravos d'une foule en délire et de mon copain fanatisé. Je ne sais pas pourquoi il ne m'a toujours pas répondu quand je l'ai interrogé sur les 18 millions d'euros de pur salaire que touchait Zlatan Ibrahimovic, les 23 millions touchés par Tiago Silva en 2015 ... 

Ah ça y est ! J'ai trouvé la définition de l'égalité, celle de la justice mais, que Diable, je n'arrive pas à mettre la main sur celle de la décence...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Plus la beauté prendra de place moins il en restera pour la barbarie

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.