dimanche 18 décembre 2016

Kachou ou le héros du 13 novembre 2015


Allez, ça faisait longtemps que je n'avais pas fait la promo de notre comique local. 


Chacun aura pu voir fleurir sur les murs de notre ville la trombinette de Super Kachou qui, je vous le rappelle, nous narrait encore il y a peu sur son blog comment le 13 novembre 2015, après avoir reçu des dizaines et des dizaines d’appels sur son portable, il se rend au Bataclan au mépris du danger, et console un policier éploré dans ses bras attendris. Là, il comprend qu’il s’agit de multiples attaques simultanées. Alors Mesdames et Messieurs, il fait cette chose que seul un héros peut envisager de faire dans pareilles circonstances. Il tente de prendre un café dans un bar. Oui ! Ah, ah !!! Vous n’y auriez pas pensé à celle-là bande de gens ordinaires. Et là, du coup, le café lui est gracieusement offert par un serveur en larmes que Super Kachou console. Parce que oui, il va falloir du courage alors c’est pas le moment de chialer. D’autant que les appels ne cessent sur son portable et que ça tombe comme des mouches et que même un de ses amis est grièvement blessé au Stade de France mais qu’il va bien et que Super Kachou ira voir à l’hôpital de Cergy dans la nuit mais avant une autre amie est avec un autre ami paniqué (en un mot) Porte Saint Martin et que n’écoutant une fois encore que son courage et sa compassion (toujours en un mot), et ben Super Kachou, les raccompagne dans le 15ème arrondissement. Parce qu’il est comme ça Super Kachou, omnipotent, partout à la fois, sauvant, consolant, tiens j’en pleure rien qu’à l’écrire… et même qu’après il est parti méditer dans son bureau, mais avant il est retourné au Bataclan des fois qu’il y ait encore un policier à consoler puis à La Belle Equipe, des fois qu’il y ait encore un café à se faire of… euh, un serveur à sécher les larmes. Putain, quelle nuit il a vécu ! 

Aujourd’hui notre héros affiche ses bonnes joues rebondies pour nous inviter à voter et donc à nous inscrire sur les listes électorales. Usant d'un vocabulaire peu maîtrisé, au lieu d’écrire « pour ce faire » il écrit « pour SE faire ». Sans doute est-ce un lapsus invitant à finir nous-même la locution par l'infinitif "mettre", "enfler" ou "avoir". C'est au choix, tant Super Kachou est passé maître dans l’art de l'escroquerie politique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Plus la beauté prendra de place moins il en restera pour la barbarie

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.